tartine

tartine

tartine [ tartin ] n. f.
• v. 1500; de tarte
1Tranche de pain recouverte de beurre, de confiture, ou destinée à l'être. Tartines grillées. rôtie, toast. Tartine de pain beurré. Étaler du beurre sur une tartine. Par ext. Tartine de confiture, de tarama.
2(1823) Fam. Développement interminable sur un sujet quelconque. laïus, tirade. Il a fait là-dessus toute une tartine.

tartine nom féminin (de tarte) Tranche de pain recouverte de beurre, de confiture ou d'une substance alimentaire facile à étaler : Tartine de pâté. Familier. Long développement oral ou écrit.

tartine
n. f.
d1./d Tranche de pain sur laquelle on a étalé du beurre, de la confiture, etc.
d2./d Fig., Fam. Une tartine, des tartines: un discours, un texte interminable.

⇒TARTINE, subst. fém.
A. — 1. Tranche de pain recouverte d'une substance alimentaire qui s'étale facilement (beurre, confiture, miel, fromage, etc.). La fillette (...) léchait la confiture de sa tartine d'un petit bout de langue gourmande (ZOLA, Argent, 1891, p. 172). [Suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif précisant l'aliment étalé sur la tranche de pain] À l'heure du déjeuner, je tirai de mon panier une tartine de beurre; l'enfant assis près de moi mordait dans une tartine de confitures (SANDEAU, Sacs, 1851, p. 51). Je vous préparerai le petit déjeuner... avec des tartines beurrées (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 248).
2. Tartine (de pain).Tranche de pain généralement destinée à être recouverte d'un aliment, à être tartinée. [Zacharie] se coupait une large tartine de pain, qu'il couvrait de beurre (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1227). Mme de Fontanin avait préparé la table à thé: des tartines grillées, du beurre, du miel (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 654).
B. — 1. Fam. Long développement écrit, long discours, souvent sans intérêt. Il y a là plus de vraie poésie que dans toutes les tartines sur Dieu, l'âme, l'humanité (FLAUB., Corresp., 1852, p. 439). J'ai débité ma tartine sans la plus légère émotion, et on a applaudi très-poliment (MÉRIMÉE, Lettres à une inconnue, t. 1, 1854, p. 341).
2. En partic. [Dans la lang. des gens de théâtre] Longue tirade. On a vu des acteurs (...) perdre la tête au milieu d'une tartine soit parce que le souffleur était en retard, soit parce qu'il s'était endormi (THIBAUT, Manuel souffleur, s.d., p. 8). [Dans la lang. des journalistes] Article long, ennuyeux. Les longues tartines sont composées à l'avance; l'actualité doit être brève à cause de l'heure et du typo (MORIENVAL, Créateurs gde presse, 1934, p. 60).
C. — Arg. Chaussure. On les lui avait prises [ses grolles], de belles tartines toutes neuves avec des clous en-dessous (VIALAR, Risques et périls, 1948, p. 63).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. Ca 1500 sens assez peu clair (JEAN MOLINET, Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, p. 552: Sancta Barbara [...] Gardés nous de faulses tartines, De traïson, de faulx attraict Et de ces langues serpentines), attest. isolée; puis 1596 (HULSIUS au sens de « tranche de pain beurrée » cité ds Z. fr. Spr. Lit. t. 23, 2e part., p. 44) et 1660 (OUDIN Fr.-Esp. au sens de « rôtie beurrée »); à nouv. déb. XIXe s. 1807 (MICHEL (J.-F.) Expr. vic., p. 177: Ce mot très en usage n'est pas français et n'a de synonyme que beurrée pour Tartine de beurre), également condamné ds J.-F. ROLLAND, Dict. mauv. lang., 1813, p. 127 et POMIER, Loc. vicieuses Hte-Loire, 1835, p. 99), att. dans la lexicogr. dep. WAILLY 1809 qui le qualifie de ,,familier``; 2. a) 1823 « au théâtre, longue tirade » (Journal des Dames, 25 juill., p. 321 ds MAT., p. 147, note 4); b) 1835 grandes tartines d'érudition (GAUTIER, Mlle de Maupin, p. 33); c) 1837 « article de journal trop long » (BALZAC, Employés, p. 37); 3. 1841 arg. « soulier » (LUCAS, Dangers prostit., p. 34; cf. dès 1828-29 lever une tartine, VIDOCQ, Mém., t. 3, p. 375 qu'ESN. glose ,,donner un coup de pied``, que l'on peut aussi interpréter littéral. « arracher des lambeaux de chair à la jambe »). Dér. de tarte1; suff. -ine (v. -in). Fréq. abs. littér.:311. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 139, b) 508; XXe s.: a) 897, b) 391. Bbg. GOOSSE (A.). Flamingant, vitoulet et tartine. La Libre Belgique. 26 juillet 1976. — QUEM. DDL t. 6.

tartine [taʀtin] n. f.
ÉTYM. V. 1500; de tarte, et suff. -ine.
———
I
1 Tranche de pain recouverte de beurre, de confiture… aussi Fripe. || Tailler une tartine dans le pain (→ Gré, cit. 10). || Rôtir les tartines (→ Fourchette, cit. 2). || Tartines grillées (1. Griller, cit. 1). Rôtie, toast. || Préparer des tartines pour le petit déjeuner, pour le goûter d'un enfant. || Étaler du beurre sur une tartine. Tartiner. || Tartine de pain beurré (→ Éplucher, cit. 2; régal, cit. 2).Par ext. || Tartine de confiture (cit. 2), de fromage blanc.
2 (1823, in Matoré, le Vocabulaire sous Louis-Philippe, p. 147, no 4; d'abord argot des comédiens et des journalistes). Fam. Long article de journal (→ Histoire, cit. 50); grand discours; développement interminable sur un sujet quelconque. Laïus. || Écrire, pondre une grande tartine. || Il a fait là-dessus toute une tartine.
1 Elle avait le défaut d'employer de ces immenses phrases bardées de mots emphatiques, si ingénieusement nommées des tartines dans l'argot du journalisme qui tous les matins en taille à ses abonnés de fort peu digérables, et que néanmoins ils avalent.
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 497.
2 (…) comme il faut être nommé, je leur lâche quelquefois des tartines sur la liberté de la presse, sur la réforme électorale, et autres balivernes (…)
Stendhal, Féder, IV.
———
II (1829, Vidocq). Argot. Chaussure. Targette. || User ses tartines.
DÉR. Tartiner. — V. Tartouiller.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tartine —  Pour le personnage de bande dessinée, voir Tartine Mariol. Un chien regarde un enfant mangeant une tartine (Illustration de 1871) Une tartine est une tranche de pain sur laquelle on ét …   Wikipédia en Français

  • TARTINE — s. f. Tranche de pain recouverte de quelque chose. Tartine de beurre. Tartine de confitures …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TARTINE — n. f. Tranche de pain recouverte de beurre, de confitures, etc. Tartine de beurre. Tartine de confitures. Il se dit figurément et familièrement, en parlant des Ouvrages de l’esprit, d’un Morceau long et ennuyeux, d’un développement banal et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tartine — (tar ti n ) s. f. 1°   Tranche de pain recouverte de confitures ou de beurre. •   Elle ne manquait jamais de faire la critique la plus amère des beef steak, des pouddings et des tartines de viande et de beurre, GENLIS Parvenus, t. III, p. 291,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • tartine — n.f. Chaussure. / Long article ; longue lettre : Écrire toute une tartine …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • tartine — tar·tine (tär tēnʹ) n. A French open faced sandwich, especially one with a rich or fancy spread.   [French, from Old French, diminutive of tarte, tart. See tart2.] * * * …   Universalium

  • Tartine — Smørrebrødssnitte …   Danske encyklopædi

  • tartine — tar·tine …   English syllables

  • tartine — nf. (de beurre, miel, confiture...), tranche de pain garnie de qc. : sharféta (Albanais, Annecy), sharfita (Vaulx), farféta (Bloye, Moye, Sevrier), farfita (Leschaux), R. sharfâ <chauffé> ; kreûta (Albertville, Giettaz), kruta (003,004,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • tartine — тартинка …   English-Russian travelling dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”